Blogs

Pour un retour à une pédagogie par objectifs

Il est impossible, pour l’instant, dans l’état actuel de la réflexion sur la didactique des langues et, en particulier, du français langue étrangère, de dresser un storytelling de notre discipline ; il faut bien, donc, se borner à quelques souvenirs historiques, de temps en temps, quand le besoin s’en fait sentir. Une telle approche n’a qu’une pertinence modérée, certes, puisqu’elle renonce à toute continuité et à toute globalisation, les deux caractéristiques majeures d’une pensée scientifique véritablement en mouvement.

Du côté de

On pourrait croire qu’il s’agit de Proust. Du côté de chez Swann et le côté de Guermantes, ont bercé, pour plusieurs d’entre nous, une bonne partie de nos jours. On pourrait penser aussi qu’on parle de relations matrimoniales et notariales : il y a, du côté de X, une forte tendance à être grand ou à avoir les yeux bleus, et, du côté de Y, une prééminence des cheveux noirs ou des tâches de son sur le visage. Il ne s’est trouvé, au fil des textes, aucune péripétie qui fasse dévier cette expression de sa signification première.

Journée FOS 22 mars 2013

Dans le cadre des activités du Comité scientifique de la Chambre de commerce et d'industrie de Paris, une journée autour de La méthodologie de collecte des données en français sur objectif spécifique est organisée conjointement par la CCIP, l'université Lumière Lyon 2, le LIDILEM et ICAR. Cette journée aura lieu le vendredi 22 mars à l'amphithéâtre Jaboulay de l'Université Lumière Lyon 2.

Amis de l’ordinateur

Il serait absurde, insensé, de prétendre lutter contre l’informatique et toutes les technologies qu’elle a engendrées. Les avantages qu’elle dégage sont tels qu’il n’y a même pas de match. La vie courante, dans de multiples domaines, est radicalement bouleversée (et améliorée) par le courrier électronique, les portables, les tablettes, les smartphones, et tous les objets techniques qui surgissent presque quotidiennement et affectent nos vies. Simondon (Gilbert), il y a plus d’un demi-siècle, avait été visionnaire avec son « mode d’existence des objets techniques ».

Acheter, tue

Claude Hagège a émis l’analyse selon laquelle, contrairement à ce que beaucoup pensent, le français ne serait nullement menacé par l’anglais, qui l’assaille de toute part. C’est que, selon le linguiste, les menaces anglo-saxonnes ne portent que sur le domaine lexical. Ce sont des mots anglais qui s’introduisent dans la langue française, comme le phénomène a lieu depuis des siècles.

Pages

Subscribe to RSS - blogs