Blogs

Marie-José Barbot, ancienne présidente de l’ASDIFLE

J’appartiens à la deuxième génération qui succède aux Pères fondateurs : Louis Porcher, Daniel Coste, Henri Holec, René Richterich…

Henri Holec, membre fondateur de l'ASDIFLE

Pédagogue depuis ma plus tendre enfance professionnelle (promotion 1953/1957 à l'Ecole normale d'instituteurs de Nancy !), je me suis engagé dans la voie de la pédagogie des langues, comme fut libellé ce domaine de l'enseignement et de la recherche jusqu'à la fin des années 1970, lorsque "pédagogie", terme à connotation péjorative pour les autorités gouvernementales de l'époque, fut remplacé par "didactique", d'apparence plus technique, quand la section de langues et littératures anglaise et anglo-saxonne m'embaucha pour assurer des cours d'anglais à l'Ecole des Mines puis à l'Institut des sciences de l'ingénieur nouvellement créé à Nancy.

L’ORAL AUX PRISES AVEC LA PALATALISATION (1)

 

En France, le « parler jeune »(2) intrigue les spécialistes car il fonctionne de façon codifiée et identitaire. Une de ses caractéristiques est une palatalisation très marquée.

Un jour que j’attendais l’autobus à l’autre bout de la capitale, quatre jeunes gens sont venus s’abriter à mes côtés. Ils parlaient très fort et j’ai pu enregistrer quelques instants de leur conversation. Puis je l’ai fidèlement retranscrite pour vous.

JEUNE 1. – Oh ! La voityure ! Tyas vu ?

JEUNE 2. – La hontye de mon père !

FLE-NOUVEAU-MONDE

Je ne sais pas comment c’est dans votre pays, mais à Paris la langue française évolue en même temps qu’elle s’inscrit dans de nouveaux comportements. Je vais vous donner quelques exemples que vous pourrez utiliser dans le cadre de la communication orale.

Monsieur et Madame ARTICULEDONC font la cuisine

Madame ARTICULEDONC :  Les spaghettis sont dans le placard.

Monsieur ARTICULEDONC :  Dans le placard ?

Madame ARTICULEDONC :  Oui, ils sont dedans.

Monsieur ARTICULEDONC :  Je les mets sur la table ?

Pages

Subscribe to RSS - blogs