Quand le projet ON JOUE se fait invitation au voyage

Le jeu, lorsqu'il s'inscrit dans un projet, et c'est le cas avec le projet ASDIFLE « On joue », rassemble ses participants en réseau, un réseau fait de la complicité d'intérêts didactico-ludiques mais un réseau qui, aussi, involontairement, peut nous porter vers des terres souvent mal connues.

 

Ainsi, lorsque de jeunes participants envoient une photo d'eux, penchés sur une carte de France qu'ils s'appliquent à colorier, et qu'ils signent « La classe de 6e de  Méthoni » (ou Modon) , une image, un mot vous viennent-ils à l'esprit? Et pourtant...

 

Sur la route de l'Orient, Méthoni vécut une histoire troublée, sanglante, en raison notamment des luttes entre le pouvoir vénitien et l'empire ottoman. C'est sa forteresse qui constitue l'arrière plan du portrait du Vénitien Marco Gabriel par Carpaccio,

 

 

c'est dans les geôles de ce port  du sud ouest du Péloponnèse que  Cervantes, au lendemain de la bataille de Lépante, fut retenu prisonnier et sans doute y conçut-il quelques pages de Don Quichotte, c'est ici qu' accosta Chateaubriand lors de son voyage de Paris à Jérusalem.

 

Aujourd'hui à Méthoni les cris des batailles comme le brouhaha des marchés se sont tus mais, sans le jeu, aurais-je découvert que les olives de Méthoni rivalisent avec celles de Kalamata et qu'une jeune femme de la ville de Loches, ayant découvert leur excellence, s'est lancée, il y a peu, dans la commercialisation équitable de leur huile ou qu'un couple binational prend soin de son oliveraie bio des 3 Tortues ?

 

Sur les photos qu'ils nous ont envoyées, les écoliers de Méthoni colorient une carte de France; ils nous renvoient dans le même temps, au détour d'un mot, loin des chromos des voyages, quelques reflets de leur histoire et de leur quotidien. Merci le jeu!

 

Mots-clés :