Ingénieur de formation - un métier en mutation du champ du français langue étrangère

Les professionnels du champ du français langue étrangère, enseignants, formateurs de formateurs, conseillers pédagogiques… doivent, comme les autres professionnels du secteur de l’éducation, relever les défis inhérents à l’évolution des méthodologies, des supports, des techniques et des règles sociales propres à l’exercice performant de leur métier.

Si au début des années soixante-dix, la formation continue était perçue comme une obligation sociale, marginale par rapport à la formation universitaire initiale, elle est le levier indispensable de changement pour accompagner les mutations professionnelles et personnelles dans le secteur public et privé. Chaque transformation dans l'unité de travail (changement de procédure ou des règles sociales, utilisation de nouveaux matériels, démarches d'assurance qualité…) a des incidences sur les savoir-faire professionnels des acteurs qui la composent et dorénavant la formation anticipe et suit ces changements. De plus, des lois sur « l’éducation permanente » et la formation professionnelle encadrent ces changements en engageant les employeurs à investir. Ce cadre législatif pour la formation tout au long de la vie soutient la compétitivité des entreprises et des services publics, et permet d’anticiper les changements professionnels, de lutter contre les inégalités, d’accroître le niveau culturel de la nation et d’améliorer qualitativement et quantitativement l’enseignement au même titre que la formation initiale.

Les cours de français langue étrangère (Fle) sont devenus des biens de service dans un marché soumis aux règles de la concurrence et de la rentabilité. Dans ce contexte, les enseignants désireux d’évoluer vers d’autres fonctions (conseil pédagogique, coordination de cours, inspectorat, direction d’établissement, assistants techniques…) cherchent non seulement à développer leurs compétences mais aussi des solutions de formation reconnues par les institutions dans lesquelles ils travaillent pour favoriser leur évolution de carrière, leur promotion ou leur projet de mobilité.

Dans le champ du FLE, la valorisation de la formation rejoint aujourd’hui la problématique de la validation des acquis de l’expérience et soumets les commanditaires, les opérateurs et les stagiaires à de nouvelles règles de fonctionnement.

De ce fait, les pratiques professionnelles des ingénieurs de formation qui s’occupent de planifier et de monter des stages doivent elles aussi évoluer fortement pour aider ce secteur d’activité à relever ces défis. Le lien entre formation initiale (souvent dispensée par l’université) et formation continue doit plus que jamais être analysé, renforcé et pris en compte pour construire des parcours de formation indispensables au bon exercice de nos métiers.

 

Commentaires

-