Des journées entières dans les livres (1)

Marguerite Duras : une universelle-singulière

Tous les sujets concernant l’Autre ont occupé constamment Marguerite Duras et jusqu’à la fin de sa vie. Dans Le camion, texte très court formant le scénario du film éponyme, écrit en 1977, à partir d’une histoire simple mais au fond peu banale (une femme « déclassée » arrête un camion tous les soirs et raconte sa vie au chauffeur) l’auteure va faire résonner les mots égalité,  tolérance,  complexité,  faire s’animer des voix faisant la chasse aux stéréotypes, à la centration sur soi et au racisme.

Jusque là, MD s’est signalée par les « déconstructions » qu’elle opère du cinéma habituel, par sa remise en cause de la représentation traditionnelle, c’est-à-dire saturer les yeux du spectateur avec une image qui éclaire ou force le sens au détriment du texte, ce qu’elle a appelé, « le cinéma de milliardaire » ; pour elle, le texte permet seul à l’imaginaire de se déployer, l’image sur l’écran ne sera plus qu’un prétexte, qu’un « élément propre à porter une parole poétique ».

Ainsi elle choisit, en ne représentant pas La femme, l’héroïne réelle, de la faire apparaître dans son universelle altérité: à l’écran, MD lisant le scénario du film Gérard Depardieu lui donnant la réplique alterne avec  les images du Camion bleu roulant en solitaire dans la campagne et les zones industrielles des Yvelines. Aucun jugement moral n’est attaché à cette femme, dans l’inexplicable de son comportement ; elle garde tout le mystère d’une réécriture quotidienne de la vie, comme une remise en question même des idées reçues, des engagements définitifs et des valeurs établies enserrant corps et esprit.

Elle parle des lieux de l’étranger, de l’émigré  entre Trappes et Plaisir, c’est-à-dire en somme, la capitale de l’émigration en France… Tous ces immeubles mortuaires que vous voyez ont été bâtis pour eux… Tous les Français se sont sauvés de là…ces blocs que vous voyez dans le film, ces entassements fabuleux de places à vivre.

De leur condition économique, politique, socio-culturelle Une véritable lande, non seulement autour des grands magasins comme Auchan, par exemple, qui font plusieurs hectares de superficie et où les Portugais, les Maliens, les Espagnols, les arabes, viennent dépenser leur paye entière, tout, c’est là qu’ils achètent tout, leurs meubles, leurs vêtements, leur nourriture, leur automobile, leur enterrement ; tout est acheté là. Tout est récupéré là, leur paye, leurs économies…

De l’uniformisation de la société, de la peur  Et puis un jour elle a vu : La complicité entre le patronat et le prolétariat. Leur peur identique. Leur but identique. Leur même politique : retarder à l’infini toute révolution libre. En chaque homme assassiner l’autre homme, le mutiler de sa donnée fondamentale : sa propre contradiction…

Sans le savoir, Marguerite Duras utilise dans son œuvre ce concept de Hegel, d’Universel-singulier diffusé par notre regretté Professeur Louis Porcher.