L’endroit où il faut être

Peut-être l’avez-vous remarqué, comme moi, il y a désormais des endroits où il faut être. Comme on dit, « c’est là que ça se passe », sans que nul ne soit en mesure de définir le « ça ». La Rochelle était, il y a quelque temps « the place to be », puisque c’est dorénavant de cette manière qu’il faut exprimer cette nécessité. L’anglais est beaucoup plus distingué que le français, Proust lui-même a suffisamment moqué cette tendance qui envahissait déjà son époque.

Bel et bon

C’est agaçant, vous ne trouvez pas ?, cette nouvelle manie, qui est aussi une mode, bien entendu, de souhaiter à l’envi, à corps et à cris, une « belle » soirée. Autrefois, on se contentait de « bonne » soirée et l’expression terminale marquait seulement la politesse. Elle ne prêtait pas à conséquence, certes, et personne n’y pensait vraiment, ni celui qui l’émettait, ni celui qui la recevait. J’ai même eu un professeur de philosophie qui nous disait d’essayer de souhaiter « une mauvaise année » autour du premier janvier et qui nous assurait que personne ne remarquerait rien.

Bel et bon

C’est agaçant, vous ne trouvez pas ?, cette nouvelle manie, qui est aussi une mode, bien entendu, de souhaiter à l’envi, à corps et à cris, une « belle » soirée. Autrefois, on se contentait de « bonne » soirée et l’expression terminale marquait seulement la politesse. Elle ne prêtait pas à conséquence, certes, et personne n’y pensait vraiment, ni celui qui l’émettait, ni celui qui la recevait. J’ai même eu un professeur de philosophie qui nous disait d’essayer de souhaiter « une mauvaise année » autour du premier janvier et qui nous assurait que personne ne remarquerait rien.

Rencontres de l'Asdifle

 

La 50eRencontre de l’ASDIFLE intitulée « Français langue étrangère : l’instant et l’histoire » a eu lieu le 19 octobre 2012  au Centre de linguistique appliquée de l'Université de Franche-Comté (Besançon). Evelyne Bérard, Directrice du CLA et Fabrice Barthélémy, Président de l’ASDIFLE, ont accueilli les intervenants et les 70 participants.

Le professeur Jean-Paul NARCY COMBES, Université de la Sorbonne nouvelle, directeur du DILTEC, a prononcé la conférence inaugurale.

50e Rencontre de l'ASDIFLE

Pages

Subscribe to Association de didactique du FLE RSS